Image default
Santé

La description de médecines alternatives méconnues

Les médecines alternatives sont des sciences médicales peu reconnues conventionnellement. Cependant, leurs adeptes ne cessent de grandir, aux 4 coins du monde. C’est sans doute à cause des nombreux bienfaits attestés par les millions de pratiquants. Parmi ces sciences, certaines sont plus prisées que d’autres. Toutefois, cela ne fait pas de ces dernières des méthodes de soin inefficaces.

Découvrez, dans cet article, 4 médecines alternatives méconnues qui font pourtant des prouesses.

L’étiopathie

L’étiopathie est une science née en France grâce aux travaux de Christian Trédaniel (1934-2011). Elle est exclusivement pratiquée dans l’hexagone et ses thérapeutes proviennent de l’une des 4 universités spécialisées du pays.

L’étiopathie est assez controversée mais sa renommée a été propulsée par Nicolas Sarkozy, qui en était adepte. Apprenez-en plus sur cette science, ses fondements, principes et domaines d’application :

Définition et principes de l’étiopathie

L’étiopathie vient des mots grecs « aitia » et « pathos » qui signifient respectivement « cause » et « souffrance ». Ainsi, il s’agit d’une science qui s’attache à déceler les causes d’une affection avant de la soigner.

Après l’analyse profonde de la pathologie en question, l’étiopathe se basera sur un traitement exclusivement manuel. C’est ainsi qu’il guérira le corps humain, considéré comme un système. Notons que cette pratique s’inspire du reboutement. Elle ne se sert d’aucun médicament mais plutôt de gestes ancestraux transmis de génération en génération.

Différents maux traités par l’étiopathie

Les maux susceptibles d’être corrigés par cette science sont nombreux. En effet, on pourrait consulter un étiopathe pour traiter les problèmes suivants :

· Troubles de grossesse ;

· Troubles d’origine vertébrale et de l’appareil locomoteur ;

· Troubles ORL et généraux ;

· Troubles respiratoires et digestifs ;

· Troubles gynécologiques et urinaires, etc.

Par ailleurs, cette science ne saurait guérir toute sorte de maladies. Elle ne peut aider à traiter les affections microbiennes, les cancers ou les maladies dégénératives. La technique ne devrait pas non plus remplacer une chirurgie, par exemple.

Consultation chez l’étiopathe

Selon cet article https://www.alternatifs.eu/etiopathie-etiopathe/ il faut consulter ce professionnel lorsqu’on ressent des douleurs qui persistent et deviennent chroniques. La séance se déroule en 4 étapes successives, à savoir :

· L’interrogatoire ;

· L’enquête étiopathique ;

· L’estimation du degré d’urgence ;

· Le traitement manuel.

L’intervention manuelle, encadrée par des règles de sécurité, permettra de soulager le patient. Le traitement est souvent de courte durée. En moyenne, 3 à 6 séances sont suffisantes.

L’apithérapie

L’apithérapie est une vieille pratique dont l’application remonte à près de 900 ans av. J.-C.. Entre temps, elle était reléguée au second plan, mais de récentes études scientifiques ont ramené cette science à l’actualité.

Néanmoins, il est déraisonnable de dire que toutes ces propositions sont scientifiquement établies et correspondent aux normes conventionnelles. Toutefois, ses bienfaits sont reconnus aux 4 coins du monde. L’apithérapie est couramment pratiquée aux USA, en Europe et en Asie.

Définition et principes de l’apithérapie

Le terme apithérapie vient de deux mots grecs « apis » et « therapeía » qui signifient respectivement « abeilles » et « cure ». Comme son nom l’indique, il s’agit d’une science curative basée sur les abeilles.

En l’occurrence, elle emploie des produits récoltés, secrétés ou transformés par ces insectes pour soigner différents maux. Il s’agit entre autres du miel, de la gelée royale, du pollen, de la cire et de la propolis. D’autres produits de la ruche couramment utilisés sont le venin d’abeilles et le pain d’abeilles.

Le traitement grâce à l’apithérapie ne se fait pas d’une seule façon. Les produits peuvent être consommables oralement ou applicables à l’externe. Le venin quant à lui s’injecte dans le corps de l’être humain par divers types de procédés.

Différents maux traités par l’apithérapie

Grâce à ces différents produits, support de traitement, l’apithérapie est pratiquée à des fins diététiques et thérapeutiques. Les individus s’en servent pour corriger des maux liés à l’ensemble de la sphère interne. Elle est également efficace pour les soins de la bouche et de la gorge. Enfin, elle pourrait solutionner une panoplie de problèmes de peau.

400 ans avant J.C, Hippocrate recommandait le miel comme un ingrédient hydratant pouvant aussi traiter les plaies. Vers l’an 1000, Avicenne a fait cas, dans ses études, des vertus de la propolis pour la cicatrisation et l’anesthésie. La gelée est idéale pour traiter les problèmes cardio-vasculaires, immunitaires, digestifs, nerveux et endocriniens.

Le pollen, qu’il soit dilué, frais ou sec, représente un complément alimentaire. Il pourrait corriger les troubles de la mémoire chez les personnes âgées. Il peut aussi aider à combattre les allergies. La propolis peut permettre de traiter les blessures de la muqueuse buccale. Elle renforce les voies respiratoires et pourrait protéger contre les infections bactériennes et virales.

Enfin, le venin d’abeilles est utilisé contre le rhumatisme et les arthrites. Il est aussi efficace contre la sclérose en plaques, l’épilepsie, la maladie de parkinson…

L’aromathérapie

L’aromathérapie est une médecine pratiquée depuis l’antiquité. Elle prit sa forme contemporaine vers le XIXe siècle avec l’un de ses pères fondateurs René-Maurice Gattefossé (1881-1950). Ce dernier est d’ailleurs l’inventeur du nom « aromathérapie ». Elle a fait l’objet de plusieurs études scientifiques ayant prouvé son efficacité sur certaines maladies ; pas sur toutes.

Définition et principes de l’aromathérapie

Le terme aromathérapie vient du grec « arôma » qui signifie arôme et « therapeia » qui veut dire « cure ». Ainsi, cette science se base sur des composés aromatiques et des huiles essentielles provenant des plantes pour traiter différents maux.

Pour ce faire, le spécialiste prescrira au patient des huiles essentielles sous forme d’onction, de lotion ou de crème. Ces dernières sont destinées à des soins externes. Parfois, on retrouve des aérosols d’huiles essentielles à diffuser dans l’air. Dans le cadre de certains traitements, on pourrait également consommer les huiles essentielles par voie orale.

On pourrait alors en mettre dans du miel, de l’huile alimentaire ou sur du sucre. C’est aussi fréquent de retrouver ces produits sous forme de gélules. Enfin, les produits de l’aromathérapie sont parfois disponibles en suppositoires.

Différents maux traités par l’aromathérapie

L’aromathérapie est indiquée pour traiter une panoplie de maladies. Elle est fréquemment utilisée pour soulager les douleurs aiguës. Il y a notamment les maux de tête, les douleurs du travail lors de l’accouchement, les douleurs menstruelles et les douleurs articulaires.

Elle pourrait aussi soigner divers types d’infections comme l’infection nosocomiale. En outre, ses vertus s’étendent aux problèmes psychologiques comme la démence, l’anxiété, la dépression. Certaines personnes l’utilisent pour la préparation à l’endormissement.

Les patients souffrant du cancer peuvent même s’en servir pour soulager les effets indésirables de la chimiothérapie. Ces procédés peuvent également être utilisés à des fins dermatologiques ou cosmétiques. Voici quelques propriétés que l’on reconnaît aux huiles essentielles :

· Anti-infectieuses ;

· Antihistaminique ;

· Antalgiques, analgésiques et anesthésiques ;

· Stimulantes et aphrodisiaques ;

· Antivenimeuses et antitoxiques, etc.

Il convient de noter que cette science est utilisée comme une médecine complémentaire ou comme une pseudo-médecine.

L’auriculothérapie

Encore appelée acupuncture auriculaire, l’auriculothérapie est une médecine complémentaire mise au point par le Dr Paul Nogier en 1960. Jusqu’à ce jour, cette méthode n’est pas scientifiquement validée.

Toutefois, elle paraît assez crédible pour l’OMS qui accepterait un approfondissement neurophysiologique. En France, elle est pratiquée par certains médecins. En effet, elle est enseignée au sein du Glem et dans le cadre d’un diplôme interuniversitaire.

Définition et principes de l’auriculothérapie

Cette pratique se base sur le principe de la relation entre les différents organes du corps et l’oreille externe. Alors, si ces organes sont affectés, il serait possible de piquer le pavillon d’oreille pour les traiter.

Cela s’opère à l’aide d’aiguilles d’acupuncture stériles ou semi-permanentes. Les professionnels se servent parfois de générateurs de fréquence électromagnétiques infrarouges ou lasers. Il est également possible d’utiliser un microcourant électrique ou un aimant.

Différents maux traités par l’auriculothérapie

À l’aube de son utilisation en Chine, l’auriculothérapie aidait principalement à soigner 3 catégories de maux. Il s’agit des maux d’yeux, des maladies accompagnées de fièvre et des douleurs à la gorge. Plus tard, le Dr Nogier et ses élèves découvrirent de nombreux autres bienfaits. Ainsi, elle serait très efficace pour soulager les douleurs cancéreuses. Voici ses principales indications :

· La douleur chronique (sciatique, articulaire, dentaire, gynécologique, céphalée, etc.) ;

· Les addictions ;

· L’insomnie ;

· Le syndrome anxiodépressif et le stress ;

· Les allergies ;

· Les troubles fonctionnels, etc.

Consultation chez l’auriculothérapeute

Au premier contact avec le praticien, celui-ci se chargera de faire un diagnostic auriculaire, mais aussi un diagnostic classique. Il devra en outre déterminer la sensibilité spécifique du patient ainsi que la gravité de la pathologie.

Ce n’est qu’après cette procédure, que le traitement sera appliqué. Celui-ci dépendra principalement du niveau de connaissance du praticien. Il sera également fonction de l’affection mise en cause ainsi que du matériel dont le professionnel dispose.

Généralement, 2 ou 3 séances sont suffisantes pour corriger le problème. Ces dernières sont espacées de 3 semaines approximativement pour que les plaies puissent cicatriser.

Conclusion

En somme, les médecines alternatives, tapissées dans l’ombre, sont pleines de promesses pour les personnes souffrant de divers maux. Bien qu’elles soient souvent palliatives, elles pourraient être substitutives dans certains cas. Des milliers de professionnels et de patients en ont fait l’expérience et l’attestent. Cependant, comme il s’agit de professions non réglementées, il est important de vérifier la certification du praticien que l’on consulte.

Related posts

Tout savoir sur la névralgie cervico-brachiale

Christophe

Où acheter ses médicaments la nuit, le dimanche ou les jours fériés ?

Journal

Est-il possible de traiter la douleur par l’hypnose  ?

Odile