Image default
Santé

Qu’est-ce que l’endométriose ?

L’endométriose est une affection gynécologique courante, qui touche jusqu’à 10 % des femmes. L’endométriose est une maladie dans laquelle un tissu similaire à celui qui forme la paroi de l’utérus se développe à l’extérieur de la cavité utérine. La paroi de l’utérus est appelée endomètre. Cette maladie se produit lorsque le tissu endométrial se développe sur les ovaires, l’intestin et les tissus qui tapissent le bassin. Il est rare que le tissu endométrial se propage au-delà de la région pelvienne, mais ce n’est pas impossible.

Les changements hormonaux du cycle menstruel affectent ce surplus de tissu endométrial provoquant une inflammation et une douleur localisée. Non traité, ce tissu va croître, s’épaissir et se décomposer. Avec le temps, le tissu qui s’est décomposé n’a nulle part où aller et reste coincé dans le bassin, pouvant causer un certain nombre de complications :

  • Irritation
  • Formation de cicatrices
  • les adhérences, dans lesquelles les tissus relient les organes pelviens entre eux
  • Fortes douleurs pendant les règles
  • Problèmes de fertilité

Les symptômes de l’endométriose

Les symptômes de l’endométriose sont variables. Certaines femmes présentent des symptômes légers, mais d’autres peuvent avoir des symptômes modérés à graves. La gravité de la douleur n’indique pas le degré ou le stade de l’affection. En effet, il est possible d’avoir une forme légère de la maladie mais de ressentir des douleurs sévères. Il est également possible d’avoir une forme sévère et de ressentir très peu d’inconfort.

La douleur pelvienne est le symptôme le plus courant de l’endométriose, tout comme les symptômes suivants :

  • des règles douloureuses
  • des douleurs dans le bas-ventre avant et pendant les menstruations
  • des crampes une ou deux semaines avant les menstruations
  • des saignements menstruels abondants ou des saignements entre les règles
  • infertilité
  • douleur après un rapport sexuel
  • malaise lors des selles
  • des douleurs lombaires qui peuvent survenir à tout moment du cycle menstruel

On peut également ne présenter aucun symptôme. C’est pourquoi il est important de faire régulièrement des examens gynécologiques, ce qui permettra au gynécologue de surveiller tout changement. Cela est particulièrement important si vous avez deux symptômes ou plus.

Traitement de l’endométriose

Cette affection peut réellement gêner au quotidien si elle n’est pas traitée. Bien que l’endométriose soit incurable, ses symptômes peuvent être pris en charge. Il est notamment possible de gérer la douleur grâce à des compléments alimentaires.

Des options médicales et chirurgicales sont disponibles pour réduire ces symptômes et prévenir toute complication potentielle. Votre médecin peut d’abord essayer des traitements conservateurs. Il pourra ensuite recommander une intervention chirurgicale si votre état ne s’améliore pas.

Chacun réagit différemment à ces options de traitement. C’est pourquoi votre médecin vous aidera à trouver celui qui vous convient le mieux.

Aliments pouvant avoir un effet positif sur l’endométriose

Pour combattre l’inflammation et la douleur causées par l’endométriose, il est préférable de suivre un régime alimentaire dense en nutriments, bien équilibré, principalement à base de plantes et riche en vitamines et minéraux. Ajoutez-les à votre régime alimentaire :

  • les aliments fibreux, tels que les fruits, les légumes, les légumineuses et les céréales complètes
  • les aliments riches en fer, tels que les légumes à feuilles sombres, les brocolis, les haricots, les céréales enrichies, les noix et les graines
  • les aliments riches en acides gras essentiels, tels que le saumon, les sardines, le hareng, la truite, les noix, le chia et les graines de lin
  • les aliments riches en antioxydants présents dans les fruits et légumes colorés, tels que les oranges, les baies, le chocolat noir, les épinards et les betteraves
  • Faites attention à la façon dont votre corps se comporte lorsque vous mangez certains aliments. Il peut être utile de tenir un journal des aliments que vous mangez et de tout symptôme ou déclencheur dont vous souffrez.

Envisagez de rencontrer un diététicien agréé. Il peut vous aider à planifier les repas qui vous conviennent le mieux, ainsi qu’à l’endométriose, car il n’y a pas d’approche unique.

Quelles sont les causes de l’endométriose ?

Au cours d’un cycle menstruel régulier, le corps se débarrasse de la muqueuse de l’ utérus. Cela permet au sang menstruel de s’écouler de l’utérus par la petite ouverture du col de l’utérus et de sortir par le vagin.

La cause exacte de l’endométriose n’est pas connue mais il existe plusieurs théories concernant la cause, bien qu’aucune n’ait été scientifiquement prouvée.

  • L’une des théories les plus anciennes est que l’endométriose est due à un processus appelé “menstruation rétrograde”. Ce phénomène se produit lorsque le sang menstruel retourne dans la cavité pelvienne par les trompes de Fallope au lieu de quitter le corps par le vagin.
  • Une autre théorie est que les hormones transforment les cellules à l’extérieur de l’utérus en cellules similaires à celles qui tapissent l’intérieur de l’utérus, appelées cellules endométriales.
  • D’autres pensent que cette condition peut se produire si de petites zones de l’abdomen se transforment en tissu endométrial. Cela peut se produire parce que les cellules de l’ abdomen se développent à partir de cellules embryonnaires, qui peuvent changer de forme et agir comme des cellules endométriales. On ne sait pas pourquoi cela se produit. Ces cellules endométriales déplacées peuvent se trouver sur les parois de votre pelvis et sur les surfaces de vos organes pelviens, comme la vessie, les ovaires et le rectum. Elles continuent à croître, à s’épaissir et à saigner au cours de votre cycle menstruel en réponse aux hormones de votre cycle.
  • Il est également possible que le sang menstruel s’écoule dans la cavité pelvienne par une cicatrice chirurgicale, par exemple après un accouchement par césarienne (également appelée césarienne).
  • Une autre théorie est que les cellules endométriales sont transportées hors de l’utérus par le système lymphatique. Selon une autre théorie encore, cela pourrait être dû à un système immunitaire défaillant qui ne détruit pas les cellules endométriales errantes.
  • Certains pensent que l’endométriose pourrait commencer pendant la période fœtale avec un tissu cellulaire mal placé qui commence à répondre aux hormones de la puberté. C’est ce qu’on appelle souvent la théorie de Muller.
  • Enfin le développement de l’endométriose pourrait également être lié à la génétique ou même à des toxines environnementales.

Les stades de l’endométriose

L’endométriose comporte quatre stades ou types. Il peut s’agir de l’un des stades suivants :

  • minimum
  • léger
  • modéré
  • sévère

Différents facteurs déterminent le stade de la maladie. Ces facteurs peuvent comprendre l’emplacement, le nombre, la taille et la profondeur des implants endométriaux.

Stade 1 : Minimal

En cas d’endométriose minimale, il y a de petites lésions ou blessures et des implants endométriaux peu profonds sur l’ovaire. Il peut également y avoir une inflammation dans ou autour de votre cavité pelvienne.

Stade 2 : Léger

L’endométriose légère se caractérise par des lésions légères et des implants peu profonds sur un ovaire et la paroi pelvienne.

Stade 3 : modérée

L’endométriose modérée implique des implants profonds sur l’ovaire et la paroi pelvienne. Il peut également y avoir davantage de lésions.

Stade 4 : Grave

Le stade le plus grave de l’endométriose implique des implants profonds sur la paroi pelvienne et les ovaires. Il peut également y avoir des lésions sur vos trompes de Fallope et vos intestins.

Diagnostic

Les symptômes de l’endométriose peuvent être similaires aux symptômes d’autres affections, telles que les kystes ovariens et les maladies inflammatoires pelviennes. Le traitement de la douleur nécessite un diagnostic précis.

Antécédents détaillés

Votre médecin prendra note de vos symptômes et de vos antécédents personnels ou familiaux d’endométriose. Un bilan de santé général peut également être effectué afin de déterminer s’il existe d’autres signes d’un trouble à long terme.

Examen physique

Lors d’un examen pelvien, votre médecin palpera manuellement votre abdomen à la recherche de kystes ou de cicatrices derrière l’utérus.

Échographie

Votre médecin peut utiliser une échographie transvaginale ou une échographie abdominale. Lors d’une échographie transvaginale, un transducteur est inséré dans votre vagin.

Les deux types d’échographie fournissent des images de vos organes reproducteurs. Ils peuvent aider votre médecin à identifier les kystes associés à l’endométriose, mais ils ne permettent pas d’exclure la maladie.

Laparoscopie

La seule méthode certaine pour identifier l’endométriose est de la visualiser directement. Cela se fait par une procédure chirurgicale mineure appelée laparoscopie. Une fois le diagnostic posé, le tissu peut être enlevé au cours de la même procédure.

Facteurs de risque

Selon la Johns Hopkins Medicine, environ 2 à 10 % des femmes en âge de procréer aux États-Unis, entre 25 et 40 ans, souffrent d’endométriose. Elle se développe généralement des années après le début du cycle menstruel. Cette affection peut être douloureuse, mais la compréhension des facteurs de risque peut vous aider à déterminer si vous êtes susceptible d’en être atteinte et quand vous devriez en parler à votre médecin.

Âge

Les femmes de tous âges sont exposées au risque d’endométriose. Elle touche généralement les femmes entre 25 et 40 ans, mais les symptômes peuvent apparaître dès la puberté.

Antécédents familiaux

Si un membre de votre famille est atteint d’endométriose, parlez-en à votre médecin. Vous avez peut-être un risque plus élevé de développer la maladie.

Antécédents de grossesse

La grossesse peut diminuer temporairement les symptômes de l’endométriose. Les femmes qui n’ont pas eu d’enfants courent un risque plus élevé de développer cette maladie. Toutefois, l’endométriose peut toujours se produire chez les femmes qui ont eu des enfants. Cela permet de comprendre que les hormones influencent le développement et la progression de la maladie.

Antécédents menstruels

Parlez à votre médecin si vous avez des problèmes de règles. Il peut s’agir de cycles plus courts, de règles plus abondantes et plus longues, ou de règles qui commencent à un jeune âge. Ces facteurs peuvent vous exposer à un risque plus élevé.

Related posts

Comment réussir un sevrage tabagique ?

Journal

Quels sont les bienfaits de gemmothérapie ?

Emmanuel

Ce qu’il faut savoir de l’acné

Journal