Image default
Naturopathie

RESPECTEZ LES EQUILIBRES DE VOTRE CORPS, IL VOUS LE RENDRA !

Votre corps est comparable à une machine sophistiquée qui requiert un maintien constant de l’équilibre pour bien fonctionner. Il dépend d’apports spécifiques qu’il ne peut générer seul, tels que les acides gras ou certains minéraux. L’importance de ces éléments réside dans leur caractéristique « essentielle », car notre alimentation doit obligatoirement les fournir.

Trouver le juste milieu dans votre assiette est crucial :

  • Équilibrer les acides gras, notamment les oméga 3 et les oméga 6.
  • Ajuster la balance des minéraux, comme le sodium et le potassium.
  • Maintenir une bonne proportion entre les aliments acides et basiques.

Lorsque cet équilibre n’est pas respecté, on observe un terreau fertile pour l’apparition des maladies modernes, souvent absentes chez nos ancêtres du Paléolithique qui bénéficiaient naturellement de cette harmonie alimentaire. Pour préserver votre santé, veillez donc à ces trois équilibres fondamentaux dans votre régime quotidien.

L’équilibre entre oméga 3 et oméga 6

Notre corps a absolument besoin des minéraux et oligo-éléments. Ils jouent un rôle clé pour notre santé.

Quels sont les acides oméga 3 et oméga 6 ?

Les acides gras polyinsaturés sont cruciaux pour la santé. Qualifiés d’essentiels, notre organisme ne peut les fabriquer et doit impérativement les puiser dans l’alimentation quotidienne pour assurer son bon fonctionnement, tout comme il le fait avec les vitamines et minéraux. Parmi eux, l’acide alpha-linolénique, membre de la famille des oméga 3, et l’acide linoléique, qui appartient aux oméga-6, se distinguent par leur importance. Ces nutriments jouent un rôle fondamental dans nos processus biologiques mais sont aussi régulièrement éliminés par notre corps, ce qui nécessite une consommation régulière pour maintenir leur niveau optimal.

Quelle est leur fonction ?

Les oméga 3 et oméga 6 sont cruciaux pour la santé. Ils jouent un rôle clé dans :

  • Le maintien du système cardiovasculaire.
  • L’optimisation des fonctions cérébrales et hormonales.
  • L’équilibre de la pression sanguine.
  • La fluidité du sang grâce à leur action sur les plaquettes.
  • L’intégrité des parois cellulaires.
  • Le contrôle des réactions inflammatoires et défenses immunitaires.
  • La souplesse des vaisseaux sanguins, essentielle pour une bonne circulation.

Ils sont donc essentiels pour garder un corps en pleine forme.

Apports conseillés contre apports réels

Besoins conseillés en oméga 3 et en oméga 6

Il est conseillé de consommer quotidiennement 0,8 gramme d’acide alpha-linolénique et 2 grammes d’acide linoléique. C’est la dose idéale pour maintenir une nutrition équilibrée.

Contributions moyennes en proportion oméga 3/oméga 6

Il est primordial d’équilibrer l’apport entre les acides gras oméga-3 et oméga-6. Idéalement, on vise une proportion égale de ces deux types de graisses. Néanmoins, un déséquilibre se marque souvent par une prédominance des oméga-6 qui peuvent être ingérés jusqu’à vingt fois plus que les oméga-3. En France, cette disproportion atteint fréquemment un seuil critique, dépassant largement le ratio recommandé. De surcroît, la consommation en acide alpha-linolénique, un composant essentiel des oméga-3, demeure insatisfaisante et ne répond pas aux apports nutritionnels conseillés. Cela soulève la nécessité d’une attention particulière à notre alimentation pour rétablir cet équilibre vital pour la santé.

Quelle est la raison de l’inégalité entre oméga 6 et oméga 3 ?

Depuis plusieurs décennies, notre régime alimentaire s’est appauvri en oméga 3 au profit des oméga 6. Cette situation résulte de notre consommation accrue de produits issus d’animaux élevés principalement aux céréales comme le maïs ou encore le soja. Ces derniers transmettent à leur tour un excès d’oméga 6 à travers leurs produits dérivés tels que les œufs, le lait et ses dérivés comme le fromage et la crème. Auparavant, ces animaux se nourrissaient de pâturages naturels, riches en oméga 3, aujourd’hui remplacés par une alimentation dont les bénéfices pour la santé sont moindres. Ainsi se dessine un cercle vicieux où l’équilibre entre ces deux types d’acides gras essentiels est rompu.

Les effets d’un rapport déséquilibré entre oméga 3 et oméga 6

Un équilibre perturbé entre les acides gras oméga 6 et oméga 3 impacte notre santé. Trop d’oméga 6 peut entraîner des inflammations nuisibles à l’organisme. Cela pourrait se solder par divers maux, notamment l’arthrite ou encore l’asthme. Des douleurs peuvent survenir ainsi qu’une augmentation du risque de plusieurs pathologies graves comme les infarctus, la dépression, la maladie d’Alzheimer, les troubles cardiovasculaires et les allergies. Il est donc essentiel de veiller au bon ratio entre ces deux types d’acides gras pour préserver un état de santé optimal.

Quelles nourritures privilégier ?

Pour une alimentation riche en oméga-3, privilégiez des poissons comme le saumon ou les sardines. Consommez ces aliments marins deux fois par semaine pour mieux répondre à vos besoins nutritionnels. Intégrez également dans votre régime des huiles végétales telles que l’huile de colza et de noix qui sont d’excellentes sources d’acides gras essentiels. N’oubliez pas les légumes feuillus verts pour leurs nombreux bienfaits sur la santé. Enfin, choisissez des œufs enrichis en oméga-3 pour complémenter votre apport quotidien ; un seul peut couvrir jusqu’à un tiers de la consommation recommandée.

Voici quelques exemples spécifiques à inclure :

  • Poissons : maquereau, hareng, thon…
  • Huiles : lin, noix…
  • Légumes tels que les légumes verts feuillus.
  • Œufs avec une augmentation en oméga-3.

Un mode de vie sain passe aussi par l’alimentation; alors pensez à ces options nutritives lors de la planification de vos repas hebdomadaires.

II – L’équilibre entre le sodium et le potassium

Le potassium

Qu’est-ce que le potassium ?

Le potassium compte parmi les nutriments clés pour notre organisme. Il s’associe à d’autres minéraux tels que le sodium ou le calcium pour assurer une santé optimale.

En quoi consiste sa fonction ?

Le potassium joue un rôle crucial dans notre corps. Ce minéral clé est responsable de l’envoi des signaux qui permettent à nos muscles de se contracter. C’est également lui qui assure l’équilibre acido-basique en tandem avec le sodium.

Nos reins bénéficient aussi de ses bienfaits : il contribue à leur bon fonctionnement et aide à maintenir l’équilibre entre les liquides et les électrolytes de notre organisme. En plus, il intervient dans la gestion du processus digestif au niveau de l’estomac et des reins.

Saviez-vous que le potassium a aussi son mot à dire sur notre tension artérielle ? Effectivement, il possède la capacité de la réduire, participant ainsi à la régulation de cette dernière. Un allié santé non négligeable pour garder une pression sanguine stable !

Quels sont les apports conseillés et les consommations habituelles ?

On conseille de consommer presque 5 grammes de potassium par jour, mais en réalité, on en ingère bien moins en Europe, avec seulement 2,7 à 4,1 grammes

Quels impacts d’un manque de potassium ?

Une carence en potassium peut entraîner divers problèmes de santé : troubles rénaux, complications cardiaques telles que l’hypertension et les arythmies, mais aussi des impacts sur les os, la peau, le métabolisme du glucose et le système digestif. La fatigue et des troubles musculaires s’ajoutent à cette liste.

Pour combler ce manque de potassium, il est conseillé d’ajuster son alimentation en privilégiant certains aliments riches en cet élément essentiel. Parmi eux :

  • Persil : 800 mg pour 100 g
  • Pruneaux : 657 mg pour 100 g
  • Amandes : 668 mg pour 100 g
  • Châtaignes : 600 mg pour 100 g
  • Épinards : entre 466 et 500 mg pour 100 g
  • Noix : environ 450 mg pour chaque portion de cent grammes
  • Avocats et bananes tournant autour de la barre des quatre cents milligrammes par cent grammes
  • Melons et champignons offrant respectivement environ trois cents trente et trois cent dix-huit milligrammes par portions équivalentes.D’autres sources incluent radis rouges, carottes crues, kiwis, betteraves crues ou encore abricots avec une teneur fluctuant aux alentours de deux à trois cents milligrammes par cent grammes.
    Il est tout aussi important de limiter sa consommation de sodium afin de préserver un bon équilibre nutritionnel.

Le sodium expliqué simplement

Qu’est-ce que le sodium ?

Le sodium est un pilier pour notre santé, à l’instar du potassium. Il joue un rôle clé dans :

– Le maintien de l’équilibre des liquides et des charges électriques,
– La performance nerveuse et musculaire,
– L’acheminement des nutriments vers les cellules,
– La régulation de l’équilibre acido-basique en partenariat avec le chlore et le bicarbonate.

Apports conseillés et apports habituels

On consomme du sel en excès. L’idéal serait de limiter notre consommation à 5g par jour, comme le suggère l’OMS, mais actuellement elle atteint jusqu’à 12g pour certains. Cette surconsommation est principalement due aux produits transformés qui en sont largement pourvus. Par exemple, une simple part de pizza peut renfermer jusqu’à 3g de cet assaisonnement. De plus, nous avons tendance à ajouter encore du sel dans nos assiettes, aggravant ainsi le déséquilibre avec le potassium que nous ingérons en trop petite quantité. En bref, notre régime alimentaire modernise devrait être réajusté pour favoriser notre bien-être.

Les effets néfastes d’une trop grande consommation de sel

Une consommation excessive de sel peut entraîner des troubles graves. Elle est souvent à l’origine d’une hypertension, qui s’avère être un facteur de risque pour les pathologies cardiaques. D’autres complications telles que l’ostéoporose ou encore la formation de calculs dans les reins peuvent également survenir. Le sel excédentaire favorise aussi l’érosion du calcium dans les os, les affaiblissant progressivement. De plus, il existe un lien établi entre une forte consommation de sel et le développement d’un cancer gastrique.

Un déséquilibre en sodium et potassium s’avère néfaste ; il accroît significativement le danger de décès prématuré. Il est donc primordial de surveiller sa consommation de sel pour préserver son bien-être à long terme.

Comment rééquilibrer les niveaux de sodium et de potassium ?

Pour retrouver un équilibre entre le sodium et le potassium, il est conseillé de limiter sa consommation de sel et d’augmenter celle de potassium. Le potassium joue un rôle bénéfique en abaissant la tension artérielle grâce à son effet diurétique, ce qui réduit les risques d’accidents vasculaires cérébraux et de formation de calculs rénaux. De plus, une alimentation faible en sodium combinée à une haute teneur en potassium contribue à diminuer les dangers liés aux maladies cardiovasculaires.

Afin de réduire l’apport en sel, voici quelques recommandations pratiques :

  • Consommez moins ou évitez complètement la charcuterie si vous mangez de la viande.
  • Réduisez ou supprimez le pain de votre régime alimentaire, non seulement pour son contenu en sel mais aussi parce qu’il contient du gluten et des hydrates de carbone sous forme simple (le sucre).
  • Limiter ou arrêter la consommation des fromages, particulièrement ceux fabriqués avec du lait de vache.
  • Évitez d’ajouter du sel lors de la préparation des repas. Utilisez plutôt des épices pour relever vos plats.

En adoptant ces changements dans vos habitudes alimentaires, vous favoriserez un meilleur contrôle sur votre pression artérielle tout en prenant soin de votre santé cardiovasculaire.

III – L’équilibre entre acides et bases

Il est indispensable que l’organisme maintienne un équilibre entre l’acidité et l’alcalinité. Cette harmonie chimique est cruciale pour le bon fonctionnement du corps humain.

Qu’est-ce que l’équilibre entre les acides et les bases ?

Il est crucial pour notre santé de préserver une harmonie entre les aliments acidifiants et ceux qui sont alcalinisants. Cette balance influence directement le pH sanguin, un indice qui doit se situer entre 7,38 et 7,42 pour refléter un état optimal. Au cœur de cette régulation, on retrouve des minéraux essentiels comme le sodium et le potassium – connus pour leur nature alcaline. Ce n’est pas tout : d’autres acteurs clés tels que le calcium et le magnésium jouent également un rôle déterminant dans la préservation de l’alcalinité dans notre organisme.

Quels aliments provoquent une acidité ?

Les produits riches en minéraux acides tels que le chlore, le phosphore et le soufre augmentent l’acidité de notre corps. Cela concerne principalement les viandes, fromages, céréales et légumineuses. La digestion des protéines produit des substances acides comme l’acide urique qui contribuent à cet effet acidifiant.

L’alimentation quotidienne habituelle favorise cette acidification. Le petit-déjeuner typique composé de laitage, café ou thé, pain sucré et jus d’orange lance notre journée sur une note fortement acidifiante. Si on ajoute un repas composé de viande et féculents à midi sans aliments alcalinisants pour équilibrer, on entretient l’acidose silencieusement.

Pour garantir un meilleur équilibre acido-basique dans notre organisme, il serait judicieux de modérer la consommation d’aliments acidifiants au profit d’options plus alcalinisantes qui contrebalancent ces effets.

Quels sont les aliments qui rendent le corps plus alcalin ?

Le potassium et le magnésium, riches en citrate et malate, ont des propriétés qui favorisent l’alcalinisation de l’organisme. Ces minéraux se distinguent par leur faible concentration en anions inorganiques. Leur présence est significativement plus élevée dans les produits végétaux, avec une prédominance dans les fruits par rapport aux légumes. De plus, certaines eaux minérales participent également à cet effet alcalinisant.

Les fruits et les légumes, reconnus comme aliments alcalins, jouent un rôle clé dans le maintien d’un équilibre acido-basique sain dans notre corps.

Que se produit-il lors d’un déséquilibre du pH dans l’organisme ?

Une alimentation contemporaine trop acidifiante peut entraîner une acidose chronique. Cette condition déséquilibre notre organisme et peut être à l’origine de multiples troubles. Parmi eux, on retrouve la fatigue, les problèmes rénaux comme les calculs, ou encore l’ostéoporose, où le corps compense en puisant le calcium nécessaire au maintien de son équilibre acido-basique. D’autres complications peuvent inclure l’hypertension, des douleurs musculaires, la constipation et même le diabète. Sans oublier une diminution de la masse musculaire qui peut s’avérer délétère pour notre santé globale.

Comment déterminer un déséquilibre acido-basique dans votre corps ?

Pour vérifier si notre organisme est en acidose, il suffit d’analyser le pH urinaire. Des bandelettes réactives changent de couleur au contact de l’urine suivant son acidité ou sa basicité. Notre régime alimentaire penche trop vers les produits acides, ce qui peut déséquilibrer notre corps.

Quels produits alimentaires privilégier ?

Les fruits et légumes jouent un rôle clé pour maintenir l’équilibre acido-basique de notre organisme. Un rapport scientifique souligne l’importance d’intégrer abondamment ces aliments dans notre diète, non seulement pour leurs bénéfices nutritionnels mais aussi pour leur capacité à favoriser une réaction alcalinisante. L’indice PRAL, qui mesure le potentiel rénal acidifiant des aliments, sert de référence : plus une valeur est basse et négative, plus l’aliment contribue à alcaliniser le corps. Au contraire, des indices positifs indiqueraient un effet acidifiant — bien que ceux-ci soient absents du tableau en question.

D’après les travaux de Florence Piquet dans son ouvrage « Guide de l’équilibre acide-base », il est conseillé d’opter pour des choix alimentaires judicieux visant à renforcer la tendance alcaline souhaitée pour une santé optimisée.

Aliments à délaisser

J’ai choisi d’écarter certains produits de mon régime, notamment ceux qui peuvent acidifier l’organisme tels que le sel, le sucre, la farine et les produits laitiers. Cependant, l’équilibre entre les aliments acidifiants et alcalinisants est primordial. Il est intéressant de noter que certaines nourritures acides ne sont pas nécessairement acidifiantes pour le corps. Prenons l’exemple du citron : malgré sa saveur acide due à l’acide citrique qu’il contient, il se révèle être un bon contributeur à l’alcalinité une fois métabolisé en raison des sels minéraux alcalins qu’il produit.

Conclusion

Pour maintenir un bon équilibre nutritionnel, il est essentiel d’intégrer davantage de fruits et légumes à votre alimentation, en les consommant entiers ou sous forme de jus. Privilégiez l’huile de noix pour assaisonner vos salades afin de profiter des bienfaits des acides gras qu’elle contient. Il est également conseillé d’inclure une portion adéquate de poissons gras dans vos repas hebdomadaires.

Réduisez la quantité de sel en cuisinant avec des herbes aromatiques qui rehausseront la saveur sans nuire à votre santé. Une consommation modérée voire réduite des produits laitiers, céréales raffinées et sucreries s’avère bénéfique pour votre organisme.

Pour suivre l’évolution de ces changements sur votre corps, mesurez régulièrement votre pH corporel. Enfin, plutôt que d’opter systématiquement pour la prise médicamenteuse face aux déséquilibres nutritionnels, considérer une modification durable des habitudes alimentaires constitue une démarche plus préventive et salutaire.

La documentation scientifique souligne par ailleurs l’intérêt nutritif certain des omégas 3 ainsi que leur rôle positif dans le maintien d’une bonne santé cardiovasculaire. Ce constat appuie donc l’idée d’une alimentation enrichie en éléments nutritifs essentiels tels que ceux mentionnés ci-dessus.

Il est important aussi de tenir compte des recommandations officielles concernant les apports journaliers nécessaires pour chaque nutriment afin de garantir le bon fonctionnement du corps humain et prévenir les maladies liées à une mauvaise alimentation.

Autres articles

Levure de bière revivifiable, bienfaits et utilisations

administrateur

Les astuces Aroma de l’été : les moustiques

administrateur

Mon bouillon detox « Grand nettoyage »

administrateur

Tisane drainante & anti-cellulite, ma recette

administrateur

Remèdes naturels anti-chute de cheveux

administrateur

Mono diète, c’est parti pour le grand nettoyage

administrateur

Le Miel de Manuka en cosmétique

administrateur

Gastroentérite – Prévenir pour mieux guérir

administrateur

Crudivorisme – Peut-il être dangereux ?

administrateur