Image default
Naturopathie

Astuces naturelles contre le diabète

En cadeau, je vous offre « Mon Calendrier des Légumes de Saison ».

Le diabète se caractérise par un excès permanent de sucre dans le sang. Cet équilibre précaire entre l’apport en glucose et son absorption par les cellules nécessite une attention particulière. Pour contribuer à la lutte contre cette affection, Vanessa Ortigue, experte en naturopathie, suggère des pratiques quotidiennes bénéfiques pour votre santé. Ces conseils viennent en accompagnement des traitements médicaux classiques pour optimiser votre bien-être.

Ces recommandations incluent une alimentation équilibrée riche en produits naturels et un mode de vie sain. Adopter ces habitudes peut aider à réguler naturellement la glycémie et ainsi participer activement au contrôle du diabète.

Qu’est-ce que le diabète ?

Lorsqu’une personne présente une glycémie à jeun répétée dépassant 1,50 g/l, il est question de diabète. Les valeurs normales, elles, se situent en dessous de cette limite. Plusieurs facteurs peuvent inciter à examiner la glycémie : antécédents familiaux, surpoids ou encore hypertension. L’insuline joue un rôle clé dans le contrôle du glucose sanguin ; sans elle ou si elle agit mal, le sucre s’accumule dans le sang.

Cette accumulation peut rester inaperçue pendant des années, bien que certains signes tels que la fatigue ou les troubles visuels puissent alerter. Il est donc crucial de dépister régulièrement et surtout si l’on se trouve dans un groupe à risque. Le diabète étant une affection longue durée et souvent silencieuse au début, l’attention aux premiers symptômes permet une prise en charge précoce afin d’éviter les complications futures.

Dangers du diabète

Un taux élevé de sucre dans le sang sur le long terme est risqué pour les diabétiques. Cela peut endommager de nombreuses parties du corps, y compris les vaisseaux sanguins larges et fins, mais aussi affecter les reins, les nerfs et la vue. Le diabète accroît la formation de dépôts graisseux dans les artères qui peuvent réduire ou bloquer la circulation sanguine.

Ces obstructions peuvent entraîner des problèmes cardiaques graves tels qu’une crise cardiaque ou une attaque cérébrale, voire des complications au niveau des jambes. Les personnes atteintes sont également plus susceptibles à l’hypertension.

En outre, quand les vaisseaux sanguins de l’œil se bouchent, cela peut dégrader la vue et même conduire à la perte totale de vision. D’autres issues comme des troubles rénaux ou nerveux sont aussi possibles chez ceux qui vivent avec cette condition.

Le rôle du glucose dans le corps

Le glucose joue un rôle central dans l’équilibre énergétique de notre corps : il s’agit du principal combustible dont se servent nos cellules. Ce sucre simple circule dans le sang et est accessible pour être converti en énergie dès que nécessaire. Il a deux origines principales : la première, directement issue des sucres consommés via notre alimentation ; la seconde, synthétisée par le foie qui transforme les protéines et les graisses en glucose.

Pour assurer leur bon fonctionnement, chacun de nos organes a besoin d’énergie et puise dans cette source disponible. Le glucose n’est pas seulement utilisé immédiatement après son absorption ; certains organes comme les muscles ou le foie ont la capacité d’en mettre de côté. Ils créent ainsi des réserves pouvant être mobilisées lorsqu’il y a une demande accrue en énergie, notamment entre les repas ou pendant un effort physique intense.

Les deux types de diabète

Le diabète de type I, affectant une minorité de patients diabétiques, se caractérise par un manque d’insuline due à une déficience pancréatique. Découvert généralement chez les jeunes, son traitement nécessite des injections régulières d’insuline.

À l’inverse, le diabète de type II concerne la majorité des cas et est souvent lié à l’âge avancé et au surpoids. Il résulte d’une production insuffisante d’insuline couplée à une utilisation inefficace par le corps. Une alimentation équilibrée, l’exercice physique et parfois des médicaments sont recommandés pour sa gestion.

Principes essentiels de l’alimentation pour diabétiques

Il est essentiel de personnaliser l’alimentation en fonction du profil du patient diabétique. Prendre en compte son activité physique, son poids et d’autres risques cardio-vasculaires est primordial. Malgré cela, il demeure des principes de base qui doivent être observés par tous.

Les édulcorants et les aliments sucrés

Il est conseillé de limiter la consommation de douceurs telles que le chocolat, les gâteaux, les crèmes glacées, les confitures, le miel et les biscuits. Ces aliments peuvent être remplacés occasionnellement par un fruit en fin de repas pour une personne dont le diabète est sous contrôle.

Il est primordial d’examiner minutieusement les étiquettes alimentaires. Certains produits étiquetés sans sucre ajoutent souvent d’autres formes de sucres comme le fructose ou des polyols. Par ailleurs, même si les articles « light » sont réduits en calories, ils ne sont pas exempts de sucre et peuvent en contenir en petite quantité.

Quant aux édulcorants tels que l’aspartame ou la saccharine, bien qu’ils ne soient pas digérés par l’intestin et donc permis dans l’alimentation des diabétiques, leur consommation devrait être modérée compte tenu des effets potentiels liés aux produits chimiques qu’ils contiennent.

Les breuvages

Boire au moins un litre et demi d’eau chaque jour est indispensable à notre santé. Que ce soit de l’eau plate, pétillante ou légèrement infusée de citron, d’herbes aromatiques ou de thé, elle reste la meilleure option pour s’hydrater.

Il convient cependant de délaisser les boissons sucrées. Qu’il s’agisse des jus de fruits même non sucrés, des sodas ou limonades et autres boissons gazeuses sucrées.

Quant aux produits alcoolisés, ils sont à proscrire en raison de leur teneur élevée en calories. Cela inclut non seulement les spiritueux mais aussi la bière, le vin, les apéritifs et digestifs sans oublier le cidre et même le champagne.

Les denrées laitières

Il est recommandé de limiter la consommation des produits laitiers à une portion quotidienne. Une portion équivaut, par exemple, à un verre de lait ou encore à un yaourt. Ces aliments contiennent du lactose et du galactose, deux types de sucres qu’il faut consommer avec parcimonie pour maintenir une alimentation équilibrée.

Légumes à feuilles et salades fraîches

Les légumes frais non farineux se distinguent par leur faible teneur en sucres et constituent une source précieuse de fibres, comme la cellulose. Ces fibres jouent un rôle clé dans le contrôle de la glycémie en capturant les excédents de sucre pour favoriser leur élimination. En outre, ces légumes sont une mine de nutriments essentiels, incluant vitamines et minéraux.

Pour sublimer leurs saveurs naturelles sans recourir au sel, particulièrement si l’on surveille sa tension artérielle, il est conseillé d’assaisonner avec des herbes aromatiques ou un zeste de citron. Il est préférable d’éviter les aliments conservés qui tendent à contenir des quantités élevées de sodium.

Fruits

Les fruits sont une mine de nutriments essentiels, notamment des vitamines et minéraux. Leur apport en sucre varie considérablement : tandis que les agrumes sont peu sucrés du fait de leur forte teneur en eau, les fruits secs affichent une quantité de glucides bien plus élevée. Il est conseillé de se limiter à deux ou trois portions quotidiennes et d’être particulièrement vigilant avec les fruits secs comme les dattes, figues ou encore les oléagineux en raison de leur haute densité calorique due aux lipides. Les pruneaux représentent un choix judicieux puisqu’ils présentent un indice glycémique modéré ; cependant, il convient de ne pas en consommer excessivement.

Poissons et produits carnés

Il est préconisé d’ajouter à son alimentation hebdomadaire du poisson riche en oméga-3, et cela, deux à trois fois. Ce type de poisson aide notamment à maintenir une bonne santé cardiovasculaire. Pour ce qui est des viandes, il faut veiller à ne pas dépasser les 200 grammes par jour. Optez pour des morceaux maigres afin de limiter votre apport en graisses.

Si vous surveillez votre poids, méfiez-vous particulièrement des plats cuisinés avec beaucoup de sauce, ainsi que des charcuteries et aliments frits. Ces derniers sont souvent très caloriques et peuvent contribuer au surpoids. Enfin, n’oubliez pas que si les viandes, poissons et œufs constituent d’excellentes sources de protéines nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme, ils apportent également leur lot de lipides. Une consommation modérée reste donc la clé pour profiter de leurs bienfaits sans excès.

Huiles et beurre

Il est conseillé de limiter sa consommation de beurre, tout en optant pour un produit de qualité, à savourer surtout le matin. En revanche, mieux vaut carrément éviter la végétaline. Pour ce qui est des huiles, on privilégiera celles d’olive et de colza, qui sont hautement recommandées, ainsi que celles de tournesol, maïs et soja, idéales lorsqu’elles sont combinées.

Pains et produits céréaliers

Il est primordial pour les diabétiques de contrôler leur consommation quotidienne de sucres, intégrés dans l’alimentation au travers des féculents tels que le pain, les pâtes ou encore les pommes de terre. Ces aliments fournissent non seulement de l’énergie sous forme d’amidon mais également des nutriments essentiels comme des minéraux. En général, un régime équilibré pour une personne diabétique comprend une répartition calorique spécifique : 20% provenant des protéines, autant soit 40% issues des lipides et enfin 40% dérivées des glucides.

Les quantités recommandées pour ces apports se mesurent souvent en cuillères à soupe ou en portions physiques comme la taille d’une pomme de terre. Pour éviter la monotonie alimentaire, il convient de varier les sources d’hydrates de carbone tout en prenant soin du cocktail nutritif offert par chaque catégorie d’aliments qui inclut vitamines et oligo-éléments nécessaires à un bon équilibre alimentaire.

Dans ce cadre alimentaire structuré, n’oublions pas l’influence non négligeable des boissons sur le calcul global des rations quotidiennes. De plus, la distribution adéquate sur toute la journée des aliments riches en glucides s’avère indispensable afin d’optimiser la gestion du taux de sucre dans le sang.

Les patients sous traitement auront un schéma alimentaire modifié

Les personnes diabétiques sous sulfamides hypoglycémiants n’ont souvent besoin que de trois repas quotidiens. Cependant, pour ceux traités à l’insuline, il est préférable de multiplier les prises alimentaires, en comptant 4 ou 5 repas par jour selon leur situation spécifique.

L’aménagement des repas durant la journée s’appuie essentiellement sur le type de traitement suivi. En général, la distribution se présente comme suit :

– Un petit déjeuner pour commencer la journée,
– Un déjeuner consistant à midi,
– Un dîner plus léger le soir avec, si nécessaire, une collation modeste aux alentours de 16 heures.

Pour diversifier vos repas, voici des alternatives :

Pour évaluer les équivalences alimentaires, prenons l’exemple des pommes de terre : deux de taille moyenne ou bien une petite quantité de féculents comme le riz ou les pâtes, soit trois cuillères à soupe environ. Si on préfère les légumineuses, cinq cuillères à soupe suffiront.

En matière de substitution, les petits pois se remplacent aisément par d’autres légumes tels que les artichauts ou encore des salsifis en plus grande quantité. On peut aussi opter pour des betteraves rouges ou bien multiplier la portion avec du céleri-rave ou des choux variés.

Du côté des fruits, il est intéressant de noter qu’une paire d’oranges peut être troquée contre une diversité fruitière allant du pamplemousse aux prunes, sans oublier le raisin et diverses baies dont la quantité varie selon le choix. Pour un apport similaire en nutriments et plaisir gustatif, un morceau conséquent de melon ou pastèque fera également l’affaire.

Enfin, pour ceux qui surveillent leur alimentation de près comme c’est souvent le cas pour les diabétiques avec surpoids, il est conseillé d’éviter l’alcool et les sodas. Privilégiez plutôt l’eau pure hors repas ainsi que le thé léger ; ces boissons sont à consommer librement entre les repas tout en évitant leur ingestion pendant ceux-ci.

Conseils pour une alimentation adaptée aux diabétiques

Optez pour des champignons à faible teneur en sucres pour une alimentation saine. Les lentilles, excellentes alternatives aux sources de glucides courantes, sont à privilégier dans vos choix alimentaires. Pour les amateurs de riz, le basmati est un choix judicieux grâce à son index glycémique réduit par rapport au riz blanc traditionnel.

Pour assaisonner vos préparations culinaires et salades, rien ne vaut le jus de citron qui contribue à la régulation du taux de sucre dans le sang. N’oubliez pas également l’eau citronnée sans sucre ajouté pour vous désaltérer sainement.

La consommation de fibres est cruciale; elles jouent un rôle essentiel en freinant l’absorption des sucres et en stabilisant les niveaux de cholestérol tout en favorisant un bon transit intestinal. Intégrer une variété d’aliments riches en fibres comme les légumes verts, pensez aux poireaux, épinards ou encore asperges, ainsi que les fruits non épluchés et pains complets enrichit votre régime quotidien.

N’hésitez pas à inclure dans votre alimentation des céréales complètes telles que l’avoine ou le blé complet, ainsi que diverses sortes de légumineuses. Ces aliments constituent une base robuste pour maintenir un mode de vie sain tout en contrôlant efficacement votre apport glucidique.

En cas de faim

Petit creux ? Optez pour une tranche de jambon, un œuf dur, du blanc de volaille ou pourquoi pas des tomates, carottes et radis. C’est léger et parfait pour caler les petites faims !

Modes de vie sains et prévention des dangers

Pour prévenir efficacement les maladies, il est essentiel d’adopter une alimentation équilibrée et de s’exercer physiquement durant au moins 30 minutes trois fois par semaine. Il est également crucial d’éliminer la consommation de tabac, car celle-ci majore le risque de problèmes cardiovasculaires, notamment chez les personnes diabétiques.

Lorsqu’un déplacement est prévu, l’organisation doit garantir la continuité des traitements médicaux. Une attention particulière doit être portée à l’hygiène personnelle : prendre soin régulièrement de ses pieds et maintenir une bonne santé dentaire est impératif.

Signaler toute présence antérieure de diabète dans sa lignée familiale auprès d’un professionnel de santé permet une vigilance accrue. De plus, il convient de faire surveiller sa glycémie à jeun dès l’âge de quarante ans pour anticiper tout déséquilibre.

Enfin, rien ne remplace le dépistage rapide qui se révèle comme la stratégie optimale afin d’éviter des complications futures.

Substituts sucrés et articles pour mincir

Dans l’univers de l’agroalimentaire, on distingue principalement deux catégories d’édulcorants. Premièrement, les substituts synthétiques, tels que la saccharine ou l’aspartame, sont fréquemment intégrés aux produits diététiques comme certaines boissons et yaourts. Bien qu’ils n’apportent pas de nutriments, leur contribution à une alimentation saine reste discutable.

Deuxièmement, les édulcorants polyols, incluant le sorbitol et le xylitol entre autres, se retrouvent dans des produits étiquetés « sans sucre ». En France, cette mention spécifique fait référence à l’absence de saccharose. Ces alternatives sont moins nocives pour les dents mais restent des sources non négligeables en calories.

À part ces deux groupes se trouve le fructose, un type de sucre qui doit être consommé avec prudence surtout par les personnes diabétiques bien contrôlées car il est également calorique et ne constitue en aucun cas un choix « allégé.

Les méthodes utilisées en phytothérapie et oligothérapie

Le Gymnema sylvestre

Dans les feuillages d’une plante indienne, on trouve des composés appelés saponines qui semblent jouer un rôle clé dans ses vertus thérapeutiques. Traditionnellement utilisé en Inde pour tempérer l’appétit pour le sucre, le gymnéma se révèle bénéfique pour gérer les débuts du diabète chez les adultes et seniors. Il contribue à la régénération des cellules productrices d’insuline dans le pancréas, optimisant ainsi leur fonctionnement.

Le Reishi

Le reishi, chargé en polysaccharides, est un champion pour diminuer le taux de sucre dans le sang. Il stimule aussi les cellules du pancréas à produire plus d’insuline.

Cannelle

La cannelle joue un rôle clé dans la régulation du glucose après les repas. Elle agit en renforçant l’activité des récepteurs de l’insuline, ce qui entraîne une meilleure réponse de l’organisme à cette hormone. Grâce à cela, le pancréas est moins sollicité et n’a pas à produire autant d’insuline pour maintenir un niveau de sucre adéquat dans le sang. Cette épice contribue aussi au bon fonctionnement du métabolisme et aide à diminuer les phénomènes inflammatoires.

Le zinc

Le zinc est un élément vital, bien qu’il se trouve en quantités infimes dans l’organisme. Son manque peut provoquer divers troubles de santé, y compris le diabète, et cette carence est surtout observée dans les pays en développement.

Il intervient de manière cruciale au sein du pancréas pour la formation, la conservation et la libération de l’insuline.

Le manganèse – simplifié

Le manganèse joue un rôle clé dans la régulation du sucre dans le sang, ce qui le rend crucial pour les personnes atteintes de diabète. C’est également un puissant antioxydant intégré à l’enzyme superoxyde dismutase, qui défend nos cellules contre les agressions oxydatives susceptibles de provoquer divers troubles, dont des problèmes de rétine. Un apport adéquat en manganèse pourrait réduire ces dangers. On remarque souvent une carence en manganèse chez les individus diabétiques, sans qu’un lien direct n’ait été formellement établi entre cette carence et la maladie elle-même.

Le chrome

Le chrome, bien qu’il soit présent en petite quantité dans notre corps, joue un rôle crucial dans le contrôle de la glycémie. Sa capacité à renforcer l’efficacité de l’insuline est d’autant plus significative chez les individus résistants à cette hormone. Sous sa forme picolinate, il a démontré des effets positifs sur le taux d’hémoglobine glycosylée, particulièrement chez les patients souffrant du diabète de type II.

Il est important de souligner que le diabète est une affection sérieuse qui nécessite un encadrement médical attentif. L’utilisation personnelle de produits naturels censés combattre le diabète peut s’avérer dangereuse. Elle risque d’interférer avec les traitements médicaux conventionnels et pourrait avoir des conséquences fâcheuses. Par exemple, des ingrédients comme le gingembre, l’ail ou encore le millepertuis peuvent interagir avec les médicaments administrés aux diabétiques. Pour toute démarche thérapeutique complémentaire ou alternative, il est impératif de consulter préalablement un professionnel de santé.

Pour conclure

Il est primordial de privilégier une alimentation authentique et savoureuse, en s’autorisant les mets que l’on apprécie tout en veillant à la modération. Consommer ces aliments lors des repas contribue à prévenir les pics de glycémie qui peuvent survenir lorsque l’on grignote seul un produit sucré.

Il faut impérativement garder le rythme des trois repas quotidiens sans en omettre. Intégrez des glucides comme du pain, des féculents ou des fruits à votre diète quotidienne pour chaque repas. En parallèle, il convient de limiter la consommation de lipides tels que fromages, viandes, œufs, charcuteries et produits laitiers gras.

L’exercice physique régulier est aussi essentiel pour maintenir une bonne santé générale et gérer efficacement son taux de sucre dans le sang. De même, il est conseillé d’effectuer un contrôle fréquent de sa glycémie afin d’ajuster son régime alimentaire et son activité physique si nécessaire.

Enfin, n’oubliez pas qu’un accompagnement médical continu est vital pour toute personne vivant avec le diabète; assurez-vous donc de consulter régulièrement votre médecin traitant pour surveiller l’évolution de votre état.

Autres articles

Crudivorisme – Peut-il être dangereux ?

administrateur

Naturopathie – Huile de Périlla, faites le plein d’omega 3 !

administrateur

Les astuces aroma de l’été : les jambes lourdes

administrateur

Galette des rois vegan et sans gluten

administrateur

Les astuces Aroma de l’été : les moustiques

administrateur

Graines germées, manger vivant !

administrateur

Mal de dos – Et si c’était le Psoas?

administrateur

Cure de Pollen, une petite bombe nutritive !

administrateur

Tarte à la citrouille

administrateur