Image default
Naturopathie

Hyperactivité chez l’enfant & alimentation

Votre progéniture est constamment en mouvement et peine à rester concentrée. Son excès d’énergie peut devenir un défi quotidien. L’enseignante remarque une tendance à l’inattention et des difficultés à mener à bien les tâches. Il faut cependant veiller à ne pas confondre vivacité et curiosité naturelles avec les symptômes de l’hyperactivité chez le jeune individu.

Pour diagnostiquer l’hyperactivité, on examine différents critères

D’accord, veuillez me fournir le sous-titre que vous souhaitez reformuler

Des enfants ont parfois du mal à rester attentifs et semblent rapidement perdre le fil de leurs activités. Ils peuvent interrompre les autres, se montrer impatients et manifestent souvent un besoin de bouger constamment. Ces signes sont caractéristiques d’un état d’hyperactivité qui s’accompagne d’une difficulté à gérer la frustration.

L’origine de cette hyperactivité est complexe : elle peut être liée à des facteurs physiques ou psychologiques, voire même à une alimentation déséquilibrée manquant de certains nutriments essentiels. On observe chez ces enfants des perturbations dans la production ou la régulation de la dopamine, un neurotransmetteur important pour le contrôle des mouvements et l’attention. De plus, un cadre familial ou scolaire instable peut accentuer ces comportements.

Il est crucial d’être conscient que derrière ce tableau clinique se dissimulent divers déclencheurs potentiels qu’il faut examiner avec attention pour accompagner au mieux l’enfant concerné.

Lien entre l’hyperactivité et les carences en nutriments

Le magnésium essentiel

Le magnésium joue un rôle crucial dans le contrôle de la fonction nerveuse et la gestion des messagers chimiques dans le cerveau. Un manque de ce minéral peut causer une réaction excessive des neurones. Cette insuffisance peut découler d’une alimentation déficiente ou d’une perte accrue liée au stress.

Pour remédier à ces déséquilibres, l’intégration du magnésium dans l’alimentation est bénéfique. Opter pour une source naturelle telle que le magnésium marin améliore nettement plusieurs problèmes notamment comportementaux, les difficultés de concentration, les troubles du sommeil, l’épuisement et les états anxieux.

Conseils de la Rédaction

Le métal ferrique

Le fer joue un rôle clé dans la production des substances chimiques du cerveau, contribue à l’attention et au dynamisme tant physique que mental, sans oublier son impact sur les défenses de l’organisme. Une alimentation faible en viande, poisson ou légumes secs peut entraîner une carence notable chez les jeunes. Avant d’envisager un apport supplémentaire en fer, il est essentiel de se baser sur les taux de ferritine mesurés.

L’iode

Une déficience en iode chez les jeunes peut nuire à leurs capacités cognitives et perturber le fonctionnement de leur glande thyroïde. Il est recommandé de contrôler l’iodurie avant toute supplémentation en iode. Les enfants pourront trouver cet élément dans des aliments tels que les produits de la mer ou encore certaines préparations à base de poisson.

Quant aux acides gras Oméga-3, ils jouent un rôle essentiel dans divers aspects du développement infantile comme le comportement, l’apprentissage, la concentration et l’humeur. Un manque d’Oméga-3 pourrait se traduire par des difficultés d’adaptation sociale chez l’enfant. Pour combler ce besoin, on privilégiera une consommation régulière de poissons riches en graisses telles que la sardine ou le maquereau, ainsi que certaines huiles végétales. Il est conseillé d’inclure quotidiennement au moins une cuillère à soupe de ces huiles dans l’alimentation de l’enfant.

La tyrosine expliquée

La tyrosine est un acide aminé clé dans la production de dopamine, essentielle pour stimuler le désir d’activité et l’élan vital. Elle joue aussi un rôle crucial dans les capacités de concentration et de mémorisation. Pour assurer une bonne source de cet acide aminé, il convient d’inclure des aliments riches en protéines lors du petit-déjeuner des enfants tels que le fromage, les œufs ou le jambon. On retrouve aussi la tyrosine dans certains végétaux comme les amandes ou l’avocat mais en quantités plus faibles.

Il est important de prendre conscience que certaines pathologies telles que les intolérances alimentaires et troubles digestifs peuvent entraver l’assimilation correcte des nutriments dont la tyrosine fait partie, affectant ainsi son niveau chez l’enfant.

Autres articles

Recette – Carotte Cake Vegan

administrateur

Mono diète, c’est parti pour le grand nettoyage

administrateur

Access Bars, la méthode au service du lâcher prise

administrateur

Les Tétons Flingueurs, le cancer du sein raconté par Sonia Bellouti

administrateur

Canicule : Comment la traverser sans encombres

administrateur

sexualité féminine : se libérer de ses croyances limitantes

administrateur

Le banc d’essai: Oolution Age Out

administrateur

Ramadan, préparer son jeûne avec la naturopathie 1/2

administrateur

Yoga, un allié puissant contre le stress

administrateur