Image default
Psychologie

Comment gérer un choc culturel

Qu’il s’agisse d’un désaccord sur le lieu de travail ou du sens de l’humour local, un choc culturel peut atténuer votre expérience de vie à l’étranger. Quelles sont les meilleures stratégies de gestion du choc culturel et comment les appliquer dans votre vie à l’étranger?

Cela se manifeste différemment chez presque tout le monde, mais tout expatrié chevronné aura une histoire à raconter lorsqu’il s’agit de s’acclimater à la culture locale. Une partie de ce processus consiste à vivre et à faire face au choc culturel. Les symptômes physiques et psychosociaux du choc culturel varient d’un expatrié à l’autre, tout comme la mesure dans laquelle chaque personne est affectée. La bonne nouvelle, cependant, est qu’il existe plusieurs stratégies pour diminuer la gravité et gérer les symptômes.

1 – Qu’est-ce que le choc culturel ?

Tout le monde vit un choc culturel. Le plus souvent, il est défini comme les montagnes russes des émotions que nous traversons lorsque nous nous adaptons à une culture différente de la nôtre.

La recherche suggère qu’il y a cinq étapes:

  • Fascinant (Étape I): C’est l’étape de la lune de miel. Ici, tout dans le nouvel endroit semble fascinant, intéressant et excitant.
  • Frustrant (Étape II): Au cours de cette étape, des luttes quotidiennes surgissent dans le nouvel environnement. Vous pouvez commencer à voir des différences substantielles entre la vie dans votre pays d’origine et celle dans laquelle vous vous trouvez actuellement. Les sentiments les plus négatifs font surface ici; petites différences lors de l’achat de produits d’épicerie, flirter avec une date d’une autre culture, interagir avec le gouvernement ou ne pas avoir de vacances (comme le Nouvel An lunaire ou le Ramadan ) qui sont importantes pour vous observées par votre nouveau pays. Les difficultés de communication sont particulièrement frustrantes, car elles déclenchent une insatisfaction profonde, de l’hostilité, de la colère, de la tristesse et des sentiments d’incompétence. Le mal du pays est courant à ce stade.
  • Réalisable (Stade III): Cette étape est un rebond des sentiments négatifs ressentis au cours du Stade II. Ici, vous vous sentirez peut-être mieux parce que les choses s’améliorent. Vous acceptez et apprenez à vivre la vie à l’étranger. La compréhension se développe ici, à la fois en termes de culture locale et de langue locale. Vous pourriez vous sentir un peu plus à l’aise avec la langue locale et vous adapter aux nouvelles coutumes d’accueil lorsque vous rencontrez quelqu’un de nouveau. Les problèmes rencontrés lors de la deuxième étape n’apparaissent plus grandioses.
  • Agréable (étape IV): Au cours de cette étape, le nouvel endroit se sent plus comme à la maison. Vous pouvez ressentir un sentiment d’attachement à votre nouvelle maison. Peut-être vous êtes-vous fait des amis locaux ou avez-vous même entretenu une relation sérieuse avec un local .
  • Nostalgie (étape V): Ceci est également connu comme l’étape de rentrée, qui n’est vécue que par les expatriés qui sont retournés dans leur pays d’origine. Après des années passées à l’étranger, votre pays d’origine peut parfois vous paraître nouveau ou même étranger. Souvent, de nombreux rapatriés tentent de se replonger dans la vie qu’ils ont interrompue lorsqu’ils ont déménagé à l’étranger; les frustrations surviennent souvent parce que les amis ou la famille ont évolué dans leur vie.

2 – Être conscient des différences culturelles

Malheureusement, les multinationales négligent souvent de former leurs employés à faire face au choc culturel. Ils supposent à tort qu’une expérience positive de vacances dans un nouveau pays conduira à un processus d’intégration facile à l’étranger. Travailler dans une nouvelle culture (sans parler de sortir avec quelqu’un d’une culture différente ) est complètement différent.

Les réponses, disent les experts, comprennent l’expérience, la formation culturelle et la conscience de soi des particularités de votre propre culture.

Le psychologue social Geert Hofstede a mené une étude des cultures nationales en utilisant un ensemble de six dimensions pour tenter de quantifier les valeurs fondamentales d’une culture nationale. La recherche de Hofstede (qui reste très controversée ) explore à la fois les cultures nationales et organisationnelles, offrant une orientation générale sur la façon dont différentes cultures peuvent agir dans les environnements sociaux et de travail. Ses outils culturels permettent aux utilisateurs de comparer les valeurs culturelles de différents pays .

Les experts disent qu’il existe des moyens utiles de briser toute cette frustration. Quelles sont les sources les plus courantes de frictions culturelles que vous êtes susceptible de rencontrer?

Différence culturelle n° 1 : règles

Par exemple, de nombreuses cultures peuvent être décomposées en fonction de leur approche des règles et réglementations. Les cultures anglophones ou germaniques, d’une part, valorisent la structure et l’ordre, avec une approche qui se concentre souvent sur des questions pratiques et juste faire avancer les choses. D’un autre côté, les cultures méditerranéennes ont tendance à privilégier l’établissement de relations et les approches ad hoc de la résolution de problèmes. Il est facile de voir comment des frictions pourraient survenir si un fonctionnaire du gouvernement vous parle de manière trop directe ou si un barman semble prendre trop de temps à converser avec chaque client.

Différence culturelle n° 2 : le temps

L’une des sources de friction les plus courantes est celle que vous rencontrerez probablement le plus tôt: des sens différents du temps. Ceux-ci peuvent rendre un expatrié sans méfiance complètement fou, en particulier pour ceux qui viennent d’une culture où la ponctualité est un signe de respect. Si vous venez d’une culture où l’heure de la réunion est plus une suggestion qu’un engagement ferme, être réprimandé pour son retard peut être un sentiment humiliant.

Différence culturelle n° 3 : Humour

L’humour est un autre point de friction. De nombreuses cultures (britanniques, par exemple) utilisent l’humour comme un brise-glace, même dans un cadre professionnel ou avec un parfait inconnu; partager un rire ici est un moyen simple d’établir un rapport. Dans d’autres pays comme l’Allemagne, les blagues peuvent se retourner contre eux parce qu’elles sont superficielles et inutiles. Les étrangers à cela pourraient voir cela comme un cas de perfectionnisme inflexible qui laisse peu de place à la créativité; en réalité, cela pourrait indiquer qu’ils essaient de prouver à quel point ils sont dignes de confiance.

Différence culturelle n° 4 : Communication

Des styles de communication web différents peuvent être une bombe à retardement, en particulier sur le lieu de travail. De nombreuses cultures préfèrent s’engager dans de longues discussions hypothétiques avec peu de conclusions concrètes; les réunions avec des collègues français, par exemple, peuvent manquer de structure ou même d’un ordre du jour. D’autres préfèrent les discussions avec une structure claire et bien définie qui permet aux participants de compartimenter facilement tout ce qui a été dit. Les gens qui parlent avec beaucoup d’ambiguïté ou de subtilité dans leur discours (les Britanniques sont connus ici) peuvent frustrer ceux qui préfèrent une communication claire et directe, mais ils peuvent également impressionner leurs collègues qui ont du mal à résoudre des situations compliquées.

3 – Lutter contre les symptômes du choc culturel

Mais qu’est-ce qu’un choc culturel typique – du genre non-violent – vraiment, de toute façon? Fondamentalement, cela se produit lorsque les gens découvrent que leur façon de faire ne fonctionne pas. Ce qui était autrefois des habitudes routinières devient presque écrasant.

Les symptômes typiques comprennent la frustration, la fatigue, l’anxiété et la dépression. Vous aurez souvent l’impression de ne pas pouvoir faire face aux différences; en réponse, vous vous retirez de la vie quotidienne, vous dormez trop pour vous échapper et vous montrez de l’hostilité envers la culture d’accueil.

La réaction immédiate de nombreux expatriés subissant un choc culturel est le bouc émissaire de la culture d’accueil. Ce type de comportement peut fonctionner à court terme, car il permet à la personne qui subit un choc culturel de détourner tout blâme d’elle-même. Mais ce type d’approche engendre une hostilité et une colère profondes, qui peuvent avoir des effets négatifs à long terme. Comment faire face au choc culturel d’une manière saine qui améliore votre vie à l’étranger?

Un point de départ est de voir votre relation avec une nouvelle culture comme vous le feriez en tant que relation avec une autre personne. Pensez-y; dans toute relation que vous avez, vous avez toujours les bons et les mauvais moments. Et, bien sûr, vous faites de votre mieux pour éviter les mauvais moments. C’est exactement la même chose dans votre relation avec une autre culture. Augmentez la positivité dans la relation en augmentant le nombre d’interactions positives avec la nouvelle culture et en diminuant le nombre d’interactions négatives.

La première étape pour faire face au choc culturel

Pour commencer, visez le rapport d’environ 5: 1: trouvez cinq interactions positives pour chaque négative au cours d’une période donnée (la semaine fonctionne le mieux). Par exemple, qu’est-ce qui rend votre journée dans votre nouveau lieu de résidence? Va-t-il dans un musée, bavarder avec un ami, prendre un café, prendre des photos, aller au théâtre ou acheter des souvenirs à envoyer à la maison? Assurez-vous de planifier cinq de ces activités chaque semaine. Vous serez surpris de la rapidité avec laquelle les sentiments de choc culturel disparaissent lorsque vous suivez cet exercice.

Une fois que vous avez commencé à traiter les symptômes du choc culturel à un niveau plus large, vous pouvez vous concentrer sur les stratégies de gestion du choc culturel qui vous affectent de trois manières différentes: mentalement, émotionnellement et physiquement.

4 – Stratégies basées sur les connaissances pour gérer le choc culturel

De nombreux expatriés ne reconnaissent pas les symptômes du choc culturel; au lieu de cela, ils pensent qu’il doit y avoir quelque chose qui cloche chez eux. Savoir que vous rencontrez une réaction tout à fait normale à un déménagement à l’étranger (et ne pas devenir fou) est un soulagement bienvenu. Ainsi, la première étape pour gérer le choc culturel – et votre relation avec une autre culture – est de remarquer le stade de choc culturel que vous vivez. Reconnaître cela vous aidera à sortir de votre perspective actuelle et à entrer dans une autre – celle qui est la plus inspirante et détient le plus de pouvoir créatif.

Continuez à vous renseigner sur votre pays d’accueil; c’est une étape cruciale dans la lutte contre le choc culturel. Plus vous avez de connaissances sur votre nouvel environnement, mieux c’est. Regardez attentivement comment les populations locales agissent dans diverses situations qui vous frustrent et apprenez à aborder des situations similaires de manière appropriée. Ne vous inquiétez pas si le raisonnement derrière eux n’est pas encore clair; cela viendra avec le temps. Investissez également de véritables efforts dans l’apprentissage de la langue locale; les parents expatriés sous-estiment souvent la capacité de leur enfant à s’adapter à une nouvelle culture simplement en étant immergé dans la langue , mais gardez à l’esprit que votre immersion progressera à un rythme plus lent.

Les livres et les sites Web sont de bonnes sources d’informations, mais les meilleures ressources sont les habitants. La plupart des gens sont fiers de leur culture et se réjouissent de la montrer aux nouveaux arrivants. Poser des questions avec une réelle curiosité (jamais d’hostilité ou de dérision) conduira à une mine d’informations. La formation interculturelle, avant le départ ou dans le pays, est une autre option utile.

Se faire des amis avec la population locale est gratifiant à plusieurs niveaux. C’est particulièrement utile si vous trouvez quelqu’un prêt à agir en tant qu’informateur culturel. L’établissement de liens au sein de la communauté des expatriés est également bénéfique, car cela réduit les sentiments d’aliénation et de solitude. Cependant, les experts avertissent que socialiser exclusivement avec d’autres expatriés pourrait vous empêcher de vous connecter à votre culture d’accueil à un niveau plus profond.

5 – Stratégies basées sur les émotions pour gérer le choc culturel

Il n’y a pas moyen de contourner cela: le moyen le plus efficace de gérer le choc culturel est d’ajuster votre attitude. La première étape consiste à reconnaître la perte de laisser derrière lui la vie ancienne et familière. Prenez le temps au début de pleurer ce qui s’est passé avant, puis laissez-le aller pour pouvoir vous concentrer sur l’avenir.

Garder l’esprit ouvert est essentiel. L’expatrié qui voit la nouvelle culture avec une attitude d’ouverture et de respect aura un bien meilleur résultat que celui qui est méfiant et critique.

Les expatriés qui réussissent utilisent les stratégies suivantes pour limiter les effets négatifs du choc culturel:

  • Construire un solide système de soutien (p. Ex., Amis, famille, travail) et savoir quand y accéder
  • Ajustez votre vision en considérant le temps passé à l’étranger comme une opportunité de croissance personnelle
  • Sortez de votre zone de confort, même si ce n’est que quelques minutes chaque jour
  • Enregistrez vos expériences, vos pensées et vos sentiments dans un journal ou un blog
  • Ayez le sens de l’humour et faites confiance à vos capacités
  • Apprenez à connaître les habitants
  • Faites l’effort d’apprendre – et d’utiliser – la langue
  • Entretenir les relations familiales
  • Fixez-vous de petits objectifs réalisables et évaluez régulièrement leurs progrès
  • Ne blâmez pas automatiquement la culture hôte lorsque les choses tournent mal

Adopter votre culture d’accueil est essentiel pour faire face au choc culturel, mais cela ne signifie pas que vous devez rejeter votre culture de passeport. Le cerveau est constamment bombardé de nouveaux stimuli dans le nouvel environnement; prenez une pause mentale occasionnelle pour vous donner une chance d’absorber de nouvelles informations et de rétablir votre identité culturelle.

6 – Stratégies physiques pour gérer le choc culturel

Les stress associés à la vie d’expatrié provoquent invariablement des tensions physiques. Ceux-ci peuvent entraîner des maladies si vous ne faites pas attention. De bonnes habitudes physiques sont d’une importance vitale dans la lutte contre le choc culturel. L’activité quotidienne est un must et une forme de thérapie de relaxation comme le yoga, la méditation ou un massage ne fait jamais de mal. L’amélioration de votre environnement domestique peut également vous aider; avoir un animal domestique à la maison pourrait rendre votre maison plus accueillante. Vous connaissez le reste: dormez suffisamment et prenez de l’air frais, mangez des repas équilibrés et allez-y doucement avec l’alcool.

Éviter complètement le choc culturel n’est peut-être pas possible. En fait, vivre un choc culturel est une étape nécessaire sur le chemin de l’ajustement des expatriés. Heureusement pour nous tous, ses effets parfois débilitants peuvent être gérés avec les bonnes stratégies que vous retrouverez sur Les nouvelles du Net. Site Web d’actualités françaises

Related posts

Qu’est-ce que le profil ayurvédique Pitta ?

Journal

Ce que vous ignorez sur l’hypnose pour arrêter de fumer

administrateur

Post-confinement : apprendre à gérer son anxiété

administrateur