Image default
Naturopathie

Huile essentielle de lavande, l’indispensable ! Mais laquelle ?

En guise de présent pour vous, découvrez le « Calendrier des Légumes de Saison ».

La lavande, dont l’utilisation remonte à l’époque romaine pour assainir les maisons, tire son étymologie du mot latin ‘lavare’, qui signifie purifier. Faisons un focus sur l’huile essentielle de lavande, véritable panacée aux multiples usages.

Les diverses provenances de la lavande

La lavande vraie, également appelée Lavandula vera, prospère en haute altitude, affectionnant un climat chaud et des terres arides typiques de la Provence. Cet environnement lui est si naturel qu’elle y est cultivée et même protégée par une appellation d’origine contrôlée depuis 1981, témoignant de sa qualité exceptionnelle.

Quant à la lavande aspic, connue sous le nom scientifique de Lavandula spica, elle préfère les altitudes plus modestes et se développe à l’état sauvage. Elle est surnommée « Lavande mâle », contrairement à son homologue « féminine ».

Le croisement entre ces deux types a donné naissance au lavandin super. Cette hybridation porte la marque distinctive d’un « X » dans son appellation botanique : lavandula X burnati.

Enfin, moins célèbre mais requérant une attention particulière, la lavande stoechade ou lavande papillon pousse dans les zones côtières rocailleuses. Son utilisation étant complexe du fait de ses propriétés potentiellement dangereuses, elle reste réservée aux spécialistes du domaine.

L’utilisation de la lavande en aromathérapie

La lavande vraie est appréciée pour ses vertus apaisantes et réparatrices, mais il ne faut pas la sous-estimer : elle demeure puissante. Il est conseillé de la diluer avec une huile végétale avant utilisation. Elle contribue au soulagement des troubles du sommeil, à la détente musculaire et à la guérison de diverses affections cutanées telles que l’eczéma ou les brûlures. Son essence symbolise un amour maternel inconditionnel.

Quant à la lavande aspic, gare à son usage ! Sa teneur en camphre exige prudence et elle n’est pas adaptée aux jeunes enfants ni recommandée pour une diffusion dans l’air. Ses propriétés antitoxiques et antibactériennes en font un excellent choix contre les affections respiratoires, ainsi que pour combattre les inflammations cutanées comme le zona ou les piqûres d’insectes.

Enfin, le lavandin super, connu pour sa force anti-douleur, se révèle être un allié précieux face aux douleurs musculaires et tendineuses. Avec ses capacités cicatrisantes et son action anti-inflammatoire, c’est un remède efficace contre différentes dermatoses infectieuses ainsi que les migraines.

Chacune de ces trois huiles essentielles a des atouts spécifiques qui répondent à des besoins différents ; leur sélection doit donc se faire avec attention selon l’utilisation souhaitée.

Autres articles

Vitaminothérapie – Mode d’emploi

administrateur

Coloration Végétale : Le Henné Naturel

administrateur

Les vitamines – Leçon 1, quelques définitions

administrateur

Les sels de Schüssler utilisés en naturopathie.

administrateur

Propolis, se soigner au naturel !

administrateur

Anti douleurs naturels – Mes 4 recettes minute

administrateur

Endométriose et Naturopathie, nos conseils aux Endogirls en vidéo

administrateur

Luminothérapie, garder le moral !

administrateur

Examens en vue : Cultivez la « Zen Attitude »

administrateur