Image default
Naturopathie

Les protéines animales sont elles vraiment si indispensables ?

La légende des protéines

L’ignorance peut causer des maladies

Il est crucial que ceux qui prennent des décisions politiques comprennent bien les exigences nutritionnelles de la population. L’ignorance en ce domaine peut engendrer de sérieux problèmes de santé, comme des maladies cardiaques ou le diabète, souvent évitables grâce à une alimentation riche en végétaux.

Contrairement aux idées reçues, un régime végétal couvre parfaitement les besoins en acides aminés essentiels, indispensables à notre organisme. En réalité, les protéines que nous tirons des plantes sont plus facilement utilisables par le corps humain sans surcharger foie et reins, contrairement aux protéines animales.

Un article scientifique datant d’octobre 2001 dans Circulation souligne que si certaines protéines végétales manquent d’un ou plusieurs acides aminés essentiels et sont donc considérées comme incomplètes, l’alimentation basée sur les plantes reste largement suffisante pour prévenir nombre de maladies liées au cœur. Cela appuie l’intérêt d’une consommation accrue de produits issus du règne végétal pour maintenir une bonne santé cardiovasculaire.

Les études montrent qu’en modifiant nos habitudes alimentaires vers moins de gras et plus de végétaux, on pourrait réduire drastiquement le nombre d’accidents cardiaques aux États-Unis chaque année. Une telle démarche s’avère être non seulement bénéfique mais aussi nécessaire pour améliorer notre santé globale.

L’être humain requiert un apport minimal en protéines

Selon les directives de l’Organisation mondiale de la Santé, il suffit que 5% des calories quotidiennes proviennent des protéines pour un régime équilibré. Ainsi, un homme qui consomme 3000 calories par jour et une femme qui en consomme 2300 devraient aisément atteindre leur apport nécessaire en protéines simplement en incluant des aliments comme le riz ou les pommes de terre dans leur alimentation.

Durant nos premières années, où la croissance est rapide, l’alimentation naturelle via le lait maternel, composée elle aussi de 5% de protéines, couvre parfaitement nos besoins. En tant qu’adultes, notre besoin ne s’accroît pas significativement malgré une croyance répandue du contraire. Les féculents tels que le maïs ou l’avoine contiennent même davantage de protéines que ce minimum requis.

De plus, l’observation des régimes traditionnels à faible teneur en protéines dans diverses parties du monde démontre qu’une vie active et saine est tout à fait possible avec moins de protéines que celles consommées couramment en Occident. Alors que certains régimes hyperprotéinés gagnent en popularité sous prétexte d’améliorer la santé ou favoriser la perte de poids, ils peuvent entraîner des résultats inverses.

Des études ont confirmé qu’une alimentation centrée autour des végétaux et féculents simples permettait aux enfants comme aux adultes non seulement de répondre à leurs besoins en protéines mais également d’afficher une bonne santé générale. Un exemple historique illustre cela : durant six mois deux adultes se sont nourris principalement de pommes de terre sans ressentir ni monotonie ni carence nutritive.

En conclusion, un régime modéré en protéines semble non seulement suffisant mais bénéfique pour maintenir une santé robuste sans tomber dans les excès promus par certaines tendances diététiques actuelles.

Les tubercules, tels que la pomme de terre, s’avèrent être d’excellents alliés nutritionnels. Indispensable lors des crises alimentaires affectant les plus jeunes, ce légume racine apporte une quantité significative de protéines et de nutriments vitaux. Il contribue efficacement à la croissance des enfants grâce à sa richesse en acides aminés indispensables, sans que rien ne manque pour un développement harmonieux.

Un apport trop élevé en protéines peut engendrer des troubles liés à la suralimentation

Les protéines, contrairement aux lipides, ne se stockent pas dans l’organisme. Une surconsommation peut surcharger le foie et les reins, augmentant le risque d’accumulation de déchets toxiques. Les acides aminés sulfurés issus des protéines animales peuvent aussi causer de l’ostéoporose en affaiblissant les os et favoriser la formation de calculs rénaux.

Les fruits et légumes, riches en substances alcalines, contribuent à la préservation des os et préviennent ces calculs. La production animale pour les protéines impacte fortement l’environnement : elle génère 18% des gaz à effet de serre et est responsable d’une part significative de la déforestation globale.

Il existe un mythe autour du manque de protéines dans certains régimes alimentaires, surtout quand on regarde certaines images trompeuses d’enfants sous-nutris. Ces cas signalent plus souvent une carence en calories qu’en protéines. Une fois pris en charge médicalement avec une alimentation locale riche en céréales et légumineuses, ces enfants se rétablissent rapidement.

L’alimentation végétale offre tous les nutriments nécessaires dont les protéines. L’inquiétude excessive vis-à-vis de l’apport protéique n’est donc pas justifiée; elle reflète davantage un symbole statutaire lié à la consommation traditionnelle de viande par les couches aisées que des besoins nutritionnels réels.

De facto, il semble que notre obsession pour les apports en protéine provienne moins d’un besoin biologique que d’une perception sociale associée à la richesse ainsi qu’à un attrait économique pour ces produits hautement rentables.

Photo : Guide nutritionnel en ligne
Références : Dr. Jeff Novick
Protéines dans l’alimentation et perte de poids : recommandations pour les professionnels de santé par le Comité Nutrition du Conseil sur la nutrition, l’activité physique et le métabolisme de l’American Heart Association
Université Tufts : L’Importance des Protéines dans l’Alimentation
Quackwatch : Le Végétarisme Examiné
Les sources de protéines dans l’alimentation
Université Northwestern : Informations essentielles sur les protéines
Les aliments McDougall contiennent tous les acides aminés essentiels
J. McDougall et les idées fausses sur les protéines végétales. Circulation. 12 novembre 2002; 106 (20): E148; Réponse de l’auteur E148
Échange direct avec John McDougall, MD, 10 juillet 2003
J. Pennington, Bowes et les valeurs nutritives de l’Église pour des portions fréquemment consommées, 17e édition, Lippincott, Philadelphie – New York, 1998
Décembre 2003 – Newsletter McDougall : L’histoire de la protéine entre passion, préjugés et ère des Lumières
Le Programme McDougall, New Win Publications, 1983 ; pages 95 à 109
L’importance de la pomme de terre dans l’alimentation des hommes
G. Lopez de Romana étudie le jeûne et les acides aminés libres après un repas chez les bébés et enfants consommant uniquement des protéines issues de la pomme de terre. J Nutr. 1981 oct.; 111 (10): 1766-1771
La lettre d’information McDougall de janvier 2004 : excès de protéines
Une réalité inquiétante : notre alimentation détruit la planète
Valeur nutritionnelle des aliments végétaux face aux besoins en protéines et acides aminés
La survie durant le jeûne pourrait reposer sur les réserves de graisse et de protéines

Résumé

Autres articles

Zoom sur l’allaitement

administrateur

Le banc d’essai: Oolution Age Out

administrateur

Vitamine D & Naturopathie

administrateur

Ma Bible de la Santé Nature

administrateur

Additifs alimentaires, savoir les éviter.

administrateur

Remèdes naturels anti-chute de cheveux

administrateur

A l’écoute de notre Temps intérieur…? Réponse en Ayurveda

administrateur

La poudre d’ Ortie Piquante

administrateur

L’équilibre acido-basique ke sako ?

administrateur